Séance astrophoto du 21 avril 2015 dans l’Yonne

C’est à chaque fois la même sensation en levant les yeux au ciel : « Mais où sont les constellations ? ». Il y a tellement d’étoiles que les principales visibles depuis Brétigny sur Orge sont noyées parmi toutes celles de plus grande magnitude rendues bien visibles en l’absence de pollution lumineuse. Après quelques secondes de perdition, l’honneur est sauf, on réussit enfin à se repérer.

La Lune, Jupiter et Vénus

La séance a débuté sur le trottoir de la maison de la belle famille, dans la rue, sous un superbe lampadaire à l’éclairage puissant.

 

Ces conditions ne constituent pas des inconvénients pour le planétaire. L’avantage principal de ce poste d’observation est de disposer du 220V pour préserver la batterie de l’ordinateur portable. Résultat des courses, une mosaïque sur la lune et deux films sur Vénus et Jupiter. La turbulence était d’un niveau moyen.

J’ai eu la visite d’un jeune voisin curieux de ce qui se passait à quelques mètres de sa maison sur le trottoir. Grace au Flip mirror, j’ai pu lui montrer la Lune sans avoir à tout désorganiser... Juste la mise au point à modifier. Peu de cible sont plus spectaculaires que la Lune, surtout avec une lunette de 81mm de diamètre… Le jeune voisin semblait satisfait. .

Je suis bien content de ne pas avoir raté de partie de la Lune, comme les fois précédentes ;-). Je trouve l’image agréable, mais il y a moyen d’améliorer la mise au point lors des prochaines prises de vues. La luminosité est à améliorer. En revanche, pas de zone sur exposée.

Concernant Jupiter, les conditions ont déjà été meilleures. Je trouve l’image sympa, avec quelques détails, mais assez loin de la meilleure image obtenue sur ce sujet avec mes équipements. Ganymède est visible. En plus, je n’ai pas augmenté le temps d’acquisition du film (10s au lieu d’environ 40…) Du coup, dans les 400 images additionnées au lieu de 3 ou 4 fois plus…

Idem sur Vénus, avec une extrême difficulté pour faire la mise au point du fait d’une luminosité super forte malgré un paramétrage de prise de vue réduisant au max l’intensité lumineuse.

 

Lune : Lunette Vixen ED81S : diamètre 81mm / focale 625. Caméra monochrome I-Nova PLA-Mx. Mosaïque constituée d’une quinzaine d’images tirées d’autant de films de 10 secondes comprenant chacun de l’ordre de 800 images. Seules 300 à 400 des plus belles images par film sont exploitées pour obtenir 1 image résultante
( AutoStakkert_2.1.0.5). traitement des images par ondelettes (Registax6) et agencement des images pour constituer la mosaïque (IMerge 1.2). Réglage luminosité (Registax 6). Le traitement des images pourrait être remplacé par le traitement de la mosaïque dans son ensemble.

Jupiter et Vénus : Lunette Vixen ED81S : diamètre 81mm / focale 1250 (barlow 2x). Caméra monochrome I-Nova PLA-Mx. Pour chaque planète, l’image résulte du traitement d’un seul film de 10 secondes en gardant de 300 à 400 images sur les 800 au total (AutoStakkert_2.1.0.5). Chaque image a fait l’objet ensuite d’un traitement par ondelettes (Registax 6).

 

L'amas globulaire M13

Après cette première étape de la soirée passée dans la rue, je suis allé au niveau du cimetière au sud du village. Pas de visiteur, pas de 220V, et entouré de bestioles qui font du bruit et parfois ont les yeux qui reflètent la lumière dans l'obscurité… Avec en plus la présence des morts à quelques mètres, l’ambiance pourrait paraître space. Perso, je ne la trouve pas désagréable, voire reposante, surtout en levant les yeux au ciel !

Il était très tard et je cherchais à tester l’efficacité de mon autoguidage sur une cible si possible pas trop compliquée.

Mon choix s’est porté sur M13. J’ai effectué 8 poses de 3 minutes à 800 ISO avec le 350D défiltré placé derrière la lunette Vixen ED81S. Après les étapes classiques de prétraitement, j’ai rehaussé la dynamique pour limiter la zone d’apparence saturée. Malgré la coma, la zone plus claire sur le coté droit en bas de l’image (électronique ?) et l’absence de détail au centre de l’amas, je suis assez content du résultat. Je ne suis pas à révéler les différences de teinte entre certaines étoiles de l’amas comme j’ai pu le faire en visuel avec un DOBSON de 400 à Vayres lors de la nuit des étoiles il y a presque deux ans, mais se sera peut-être pour une prochaine fois. Je pense que dans ce cas, il y serait davantage judicieux de combiner en HDR des images prises avec des temps de poses courts et longs…

 

Christian LYRON